Chroniquettes·New Adult·Romance

Dark Romance | Penelope Douglas

41otqckncdl-_sx195_


Résumé

Leur amour peut les sauver… ou les détruire.

Michael Crist. Un nom qui fait frissonner chaque fille de notre petite communauté privilégiée de la côte Est. Moi comme les autres. Sauf que moi, ce n’est pas sa beauté à couper le souffle ou le fait qu’il soit riche et adulé qui me fascine – enfin, pas seulement. Non, moi, c’est la noirceur que je devine sous sa carapace dorée. La violence dans son regard noisette. Son mépris pour les règles, les lois, la morale. Ce miroir permanent de tout ce qui est noir et sombre au fond de moi.
En dix-neuf ans, Michael ne m’a jamais jeté un regard. Mais, le jour où il s’intéresse à moi, je ne sais pas si je dois être excitée… ou terrifiée.


Dark Romance était un livre que j’attendais avec une fichue impatience ! En général, j’aime les romances, mais lorsqu’elles sont… disons, entourées d’un halo un peu dark et mystérieux, vous pouvez être sûrs que je vais le lire. Ça sort de la normalité et ça m’intrigue énormément.

Alors, je l’ai précommandé et je l’ai eu (je ne sais trop comment) la veille de sa sortie officielle. Bien sûr, aussitôt eu, aussitôt commencé !

Et là. Le drame.

what de damn hell.gif


J’ai découvert un début auquel je ne m’attendais pas, dans le sens où j’ai ressenti une aura de trahison planer au-dessus du livre, et… je déteste lire quoi que ce soit qui touche à ce sujet. Vraiment, ce thème-là me hérisse les poils et je l’évite le plus possible. Je n’ai jamais été tenté pas ces lectures. Venant du livre, je m’attendais à une romance entre deux personnages à l’âme sombre, torturée et tout ça. Qu’ils se font du mal autant qu’ils se font du bien. Et c’est le cas ! Mais d’une manière à laquelle je ne m’attendais pas.

Je m’explique :

Parfois, j’ai trouvé que ça allait trop loin. L’auteure a frôlé les limites de l’acceptable (mais au final, y en a t-il vraiment… ?) et il est arrivé que Michael aille vraiment loin dans ses plans. Ses amis « Cavaliers » aussi sont allés très loin. À certaines choses, j’ai été presque choquée.

De plus, durant la première moitié du livre – voire plus – le lecteur sait des choses dont Erika (le personnage principal féminin) ne se doute pas, et personnellement, ça m’a plus agacée qu’autre chose. C’est comme si tu étais au courant qu’une catastrophe imminente allait se produire, sans que tu ne puisses faire quoi que ce soit mis à part le voir se produire.

Argh, ça m’a énervé !

angry why life must so hard.gif

Du coup, j’étais là, impatiente d’avancer dans cette lecture qui me frustrait autant qu’elle m’intéressait. Je mourais d’envie d’atteindre le moment où toutes les cartes seraient mises à plat, où les mensonges et la tromperie partent loin de ce bouquin, nous laissant simplement avec le côté noir mais vrai – honnête et brut – des persos.

Et c’est arrivé !

… Au 3/4 du livre…

Mais au moins, là, j’ai réellement commencé à me laisser un peu aller et à aimer ma lecture !

hell-yeah


Michael et Rika ont un besoin absolu de se détacher des bonnes manières de leurs familles, et ils ont envie de liberté, de briser les règles. J’ai aimé ce côté là, mais j’aurais aimé que ce soit fait d’une autre manière… Plus pure.

En fait, je crois que ce livre joue avec le dark, mais le dark un peu malsain. Et j’ai une préférence pour un dark à la fois plus sain, à la fois plus brut. Un dark libérateur et dangereux, mais toujours… juste. Je suis à peu près certaine que vous ne comprenez rien à ce que je dis, mais je ne sais pas comment expliquer ça, pardi ! *sigh*

am i sounding completely crazy.gif

Tout de même, j’ai bien aimé la dernière partie du livre.

De plus, il y a également des retours dans le passé faisant partie intégrante du livre, tout le long. C’était bienvenu pour mieux comprendre l’histoire du groupe, mais d’un autre côté ça me faisait un peu un effet yoyo. Passé-présent-passé-présent-passé-présent… hé ho, j’ai la tête qui tourne au bout d’un moment, l’ami ! Mais je conçois que ça m’a permis de mieux comprendre, même de mieux m’attacher aux personnages !


En bref

Une première moitié difficile pour moi, mais d’un autre côté, ça me motivait encore plus à continuer la lecture. Ça le rendait presque addictif.

L’histoire est narrée à la 1ère personne, depuis les points de vue de Michael et d’Erika, à tour de rôle. Je pense d’ailleurs qu’on aurait pu se passer du point de vue de Michael durant toute la 1ère moitié du livre, car ça ne m’aurait pas donné l’impression de savoir d’avance que telle catastrophe allait arriver (gâchant un peu beaucoup le suspens et l’effet de surprise).

Une fin qui m’a soulagée et une écriture fluide.

Des choses malsaines qui m’ont dérangées et m’ont laissées un peu crispée.

Un fond d’idée audacieux. J’espère que le genre dark romance va faire sa place en France, car même si ce bouquin n’a pas eu ce que j’en attendais, je sais que c’est un genre qui a du bon potentiel.


Ce livre reste une découverte intéressante, et une chose est sûre, je vais me renseigner sur les autres livres de ce genre !

∞ Alahya

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dark Romance | Penelope Douglas »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s